Histoire de l’AOC Bourgueil, de 1937 à nos jours

En 1936, à proximité d’Avignon, Châteauneuf-du-Pape devient la première Appellation d’Origine Contrôlée. Dans les années qui suivent, de nombreuses appellations voient le jour dont l’AOC Bourgueil en 1937, nichée au cœur du Val de Loire.

L’AOC Bourgueil définit des règles de viticulture mais aussi les terroirs du vin de Bourgueil et son extension géographique.
Nous vous proposons dans cet article un retour sur les grandes dates de l’appellation Bourgueil de sa création en 1937 à nos jours.

Année 1937

Création le 2 mars 1937 du Syndicat de défense des vins de Bourgueil et de Saint-Nicolas-de-Bourgueil. Son siège social se situe à l’Hôtel de Ville de Bourgueil.

Monsieur Adrien Ory, de Saint-Nicolas-de-Bourgueil, prend la présidence du bureau et du conseil d’administration.

 

Année 1939

Sur proposition de la municipalité de Bourgueil et de l’Union commerciale du canton de Bourgueil, il est prévu d’instaurer une foire aux vins annuelle à Bourgueil, coïncidant avec les fêtes de Pâques. Le principe est adopté par le syndicat le 24 janvier 1939. Le bureau est chargé de l’organisation de cette foire.

Deux requêtes sont également formulées et transmises au Comité national des appellations d’origine, le 24 janvier 1939 :

  • la première, formulée par Charles Vavasseur, est une demande en faveur du « Bourgueil mousseux » qui ne figure pas dans le décret de l’AOC. « Comme chaque année, il est vendu quelques centaines de pièces de vin pour faire ce « Bourgueil mousseux » [constituant] un débouché important pour la région ». Cette sollicitation, trop commerciale, sera rejetée à l’unanimité par le comité directeur de l’INAO le 23 février.
  • la deuxième est la présentation d’un additif à l’article 1 du décret de l’AOC Bourgueil pour inclure Saint-Nicolas-de-Bourgueil dans l’aire de production : « cette commune qui fait partie du canton et ayant revendiqué une appellation locale, fait partie néanmoins du terroir de Bourgueil ». Le syndicat souhaite donc donner la possibilité à Saint-Nicolas d’avoir la possibilité de revendiquer les deux appellations. Aucune suite n’est donnée à ce deuxième additif.

Années 1954-1955

Réuni en assemblée générale extraordinaire le 16 novembre 1954, le syndicat donne connaissance du projet de Cave touristique de la Dive Bouteille des Vins de Bourgueil. La cave est inaugurée le 19 mai 1955.

 

Année 1958

Le 4 mars 1958, une réunion à laquelle ne prennent part que des vignerons de Saint-Nicolas-de-Bourgueil, entérine la possibilité pour ces derniers que « leur vin puisse être déclassé sous l’appellation Bourgueil ». Cette décision, validée par décret le 14 août, et d’abord tolérée durant une longue période de concurrence financière sans heurts, suscitera une escalade de tensions dans les années 1980. Ceci, au moment où les cours des vins de Saint-Nicolas deviennent plus importants. Ces tensions conduiront progressivement à la scission syndicale de 1991 entre les deux appellations.

La non-convocation des vignerons de Bourgueil à cette réunion et son absence de réciprocité, véhicule l’impression qu’une AOC vaut mieux que l’autre. Elle sera alors remise sur la table plus de trente ans après les faits.

L’additif proposé dès 1939 permet pourtant de montrer qu’une telle décision avait déjà été proposée en présence des vignerons des deux appellations, par simple logique territoriale, sans volonté manifeste de considérer une AOC comme supérieure à l’autre.

Année 1961

Le syndicat de défense est rebaptisé Association des producteurs de vins AOC Bourgueil et Saint-Nicolas-de-Bourgueil (AG du 28 novembre 1961). Il redeviendra ultérieurement un syndicat en éditant de nouveaux statuts mais gardera « des producteurs » plutôt que « syndicat de défense ».

 

Année 1962

Le décret du 19 novembre 1962 autorise le cabernet sauvignon comme cépage de l’AOC Bourgueil. Il faudra attendre 1971 (réunion du 24 septembre) pour que le syndicat des vins de Bourgueil prévoit une limitation dans son cahier des charges « le pourcentage de cabernet-sauvignon ne devrait pas dépasser 10 % ».

En 1979, un vœu commun avec l’AOC Chinon est formulé dans ce sens. Le décret officiel paraît le 23 mai 1980 et entérine le pourcentage autorisé de cabernet sauvignon. Cette limitation vaut toujours actuellement pour ce cépage dit accessoire.

Année 1964

L’année sèche laisse espérer une grande qualité des vins. L’œnologue Jacques Puisais donne des précisions sur le contrôle de la maturation et de la qualité, et se tient à la disposition des vignerons.

Monsieur Fresneau (agent technique de l’INAO) donne des précisions sur la question des rendements (AG du 18 août 1964).

 

Année 1968

Lors de l’AG du syndicat le 19 novembre 1968, Jacques Puisais intervient et « fait un exposé sur la fermentation malolactique et le moyen de la provoquer. Nous donne aussi quelques conseils quant aux soins à donner aux vins nouveaux ».

 

Année 1970

Lors de l’AG du 10 novembre 1970, Messieurs Fresneau et Puisais sont encore présents. Sont évoqués le rendement annuel maximal à l’hectare (40 hectolitres) et la nouvelle formule de déclaration de récolte.

 

Année 1971

A la demande du Conseil d’Administration, le 6 avril 1971, « il est décidé de prendre une résolution pour éviter l’installation d’usines à fumée dans la région de Bourgueil et sur l’aire d’appellation, une lettre sera envoyée au Préfet et à l’Inspecteur de l’INAO pour les aviser des dangers nocifs qu’il pourrait y avoir ».

 

Année 1972

Projet de fusion entre le syndicat des vins et la cave touristique. Le 30 mai 1972 (réunion du CA), la fusion totale est mise au vote mais repoussée de peu (8 bulletins positifs contre 12 négatifs). En revanche, le projet de créer une entité spécialisée et chargée de sa gestion et de son administration est adopté à 14 voix contre 6.

Lors de l’AG du 3 octobre 1972, Jacques Puisais présente notamment des courbes d’évolution de la richesse alcoolique et de l’acidité des vins selon les années. Selon ses indications, les vendanges se dérouleront autour du 25 octobre.

Le syndicat est aussi le lieu où l’on s’informe au sujet du concours général agricole. Décision est prise de participer à des campagnes publicitaires comme une carte touristique du Val de Loire. Le syndicat nomme une commission pour s’entendre avec les négociants sur les « prix de saison » (CA du 24 octobre 1974).

Année 1975

Le Conseil d’Administration décide de ne plus accepter les vins blancs d’Anjou à la foire de Pâques (CA du 17 mars). On apprendra en 1976 la raison de cette interdiction : concurrence aux rosés locaux.

Le Conseil d’Administration du 24 avril met en avant l’inquiétude des vignerons au sujet de l’implantation d’une nouvelle centrale nucléaire à Avoine.

 

Année 1976

Lors du Conseil d’Administration du 19 mars 1976, il est évoqué la création d’une confrérie, demandée par de nombreux vignerons. Elle sera officialisée l’année suivante.

Les années 1980

L’accent est mis sur la communication via des agences de communication en relation avec le Comité interprofessionnel des vins de Touraine. Des présentations à l’étranger ont lieu avec la Sopexa, par exemple aux Pays-Bas, au Danemark ou encore en Amérique du Nord.

 

Année 1987

Fête des 50 ans de l’appellation !

Grande vente aux enchères de vieux millésimes organisée aux Halles de Bourgueil le 12 septembre. Le vin le plus ancien date de 1864. Les archives mentionnent un vin de Bourgueil millésime 1900 vendu 3 200 francs, ainsi qu’un lot de deux vins de Bourgueil millésime 1928 vendu 3 600 francs.

Année 1989

Le 27 décembre 1989, une réunion du Conseil d’Administration du syndicat suscite de vifs débats en abordant le décret du 14 août 1958 : « demande d’une centaine de viticulteurs, demandant à ce que l’on revoit les conditions d’octroi de nos Appellations. Pétition visant à revenir au décret de 1937, où l’Appellation Bourgueil ne comprend pas la commune de St Nicolas, donc annulerait le Décret du 14 août 1958 ».

Aucune solution n’est trouvée sur le moment.

Très beau millésime qui fera date et aujourd’hui toujours très apprécié.

 

Année 1990

Le 23 janvier 1990, une nouvelle lettre de vignerons de l’AOC Bourgueil est adressée à la présidence du syndicat réclamant une intervention de l’INAO afin d’interdire le replis de vins de l’AOC Saint-Nicolas-de-Bourgueil en AOC Bourgueil.

 

Année 1991

Scission syndicale entre les deux appellations Bourgueil et Saint-Nicolas-de-Bourgueil.

Le 10 janvier, après un vote, le Président du syndicat Jean Gambier cède son fauteuil à Monsieur Jean-Yves Billet. Or, la coutume veut qu’il y ait alternance entre vignerons des deux appellations à la tête du syndicat.

Monsieur Joël Taluau, vigneron de Saint-Nicolas-de-Bourgueil, préssenti pour diriger le syndicat des vins, annonce que les vignerons de l’AOC Saint-Nicolas-de-Bourgueil vont constituer leur propre syndicat. Un mois plus tard, les cinq représentants de Saint-Nicolas-de-Bourgueil démissionnent du Conseil d’Administration (réunion du 25 février).

Le 24 septembre, le Conseil d’Administration du syndicat approuve l’achat d’une maison située Place de l’Église, à Bourgueil, destinée à la promotion des vins de l’AOC Bourgueil. Elle est acheté 850 000 francs, et occasionne un prêt d’1 200 000 francs pour couvrir son achat, les frais annexes ainsi que les premières réparations.

 

 

Année 1993

Ouverture officielle de la Maison des vins de Bourgueil pour la saison estivale.

Suite à la scission syndicale, le Conseil d’Administration décide que les nouvelles affiches publicitaires mentionneront uniquement l’AOC Bourgueil (réunion du 6 janvier).

Le syndicat continue néanmoins de compter « Saint-Nicolas-de-Bourgueil » dans son titre, tant que son voisin de Saint-Nicolas-de-Bourgueil n’a pas demandé l’abrogation du décret du 14 août 1958 (lettre du syndicat de Bourgueil à celui de Saint-Nicolas le 14 décembre).

 

 

Année 1998

Sous la présidence nouvelle de Monsieur Michel Delanoue, création d’un journal d’informations du « syndicat des producteurs de vins de Bourgueil et de Saint-Nicolas-de-Bourgueil » baptisé Le Petit Breton.

 

Année 2003

Première fête des vins de Bourgueil à Tours, devenue depuis un rendez-vous annuel incontournable pour les habitants de Tours. A l’initiative de cette manifestation : Monsieur Jean Germain, maire de Tours et enfant de Bourgueil.

 

Année 2008

Réforme des Appellations d’origine contrôlée. Le syndicat des vins de Bourgueil devient officiellement l’ODG Bourgueil (Organisme de Défense et de Gestion).

 

Année 2009

L’AOC Bourgueil quitte Interloire : interprofession des vins du Val de Loire, manifestant l’attachement à son terroir et au refus d’une stratégie globale ligérienne axée sur la marque Val de Loire.

Les relations difficiles avec le négoce – administrateur d’Interloire – contribue au départ de Bourgueil.

 

 

Année 2018

Ouverture en juin 2018 d’une deuxième maison des vins au pied du Château de Langeais afin de promouvoir les vins de l’appellation auprès d’une clientèle touristique.

 

Année 2019

La possibilité d’une gestion de l’ODG par une co-présidence est votée en Assemblée Générale.
Philippine Delachaux et Jean-Luc Duveau sont les premiers co-présidents de l’ODG Bourgueil.
Un premier groupe de travail est créé avec pour objectif de définir et de proposer à l’INAO un cahier des charges pour créer une appellation Bourgueil blanc.

Pour aller plus loin

Fermer la popup

Bourgueil s’invite A la Maison

Notre boutique en ligne reste opérationnelle pendant la période de confinement !

Les vins sont livrés directement chez vous !

JE ME LAISSE TENTER !